Home > Dossiers / Previews / Tests > Galaxy On Fire 2 le test !
GOF 2 Xperia Play

Galaxy On Fire 2 le test !

Je suis faible ! Voilà que le Xperia Play est à peine sorti que je me jette dessus alors que je ne suis pas vraiment un mordu du jeu sur console.
Mais voilà un Android muni d’un pad pour jouer dans le train, j’aime le concept. Vous allez me dire « OK, c’est génial, elle est fraîche ta vie » mais si j’en parle ici, c’est qu’un jeu déjà sortie sur iPhone il y a quelque temps déjà, se retrouve sur l’Android Market et exclusivement pour le téléphone de la marque Suedo-japonaise.
Je vous le donne dans le mille, il s’agit du jeu de Fishlab, studio spécialisé sur les jeux pour mobiles : Galaxy On Fire 2.

Le jeu est beau

Dans Galaxy On Fire 2 vous incarnez, un chasseur de prime super frimeur et trop balèze, Keith Maxwell. Le jeu commence dans un champ d’astéroïdes où notre héros va devoir botter quelques culs de pirates. Une fois le boulot terminé, un problème avec le moteur vous fait faire un bond de 35 ans dans le futur à l’autre bout de la galaxy (c’est aussi ça la force de faire ce qu’on veut avec la physique !).

Le jeu commence doucement avec donc une phase initiale de combat servant de tutorial, suivi de son équivalent dans le futur pour apprendre à miner. Si au début vous êtes pris par la main, la donne change rapidement, en effet on se retrouve à écumer d’abord un système solaire complet puis à passer de système en système, libre à nous de prendre des missions dans la cantine ou suivre la trame principale, qui est de toute façon obligatoire pour continuer et débloquer armements, vaisseaux et zone de jeu.

Une galaxie dans la main

Un bout de la galaxie

La zone de jeu est vaste avec plus de 20 systèmes solaires, comptant chacun 5 ou 6 stations spatiaux. Bien sûr, l’équipement et les vaisseaux ne sont pas en reste avec plus de 30 vaisseaux personnalisables.

D’ailleurs niveaux personnalisation, on est sur du classique, emplacement pour les armes principales et secondaires, armure, bouclier et moteur. Mais toutes ces possibilités restent impressionnantes pour un jeu qui tient dans la main.

Bon c’est bien beau tout ça mais le nerf du jeu réside dans ses combats et les combats justement sont quasiment identique à ce que l’on pouvait trouver dans Freelancer, comme son ancêtre, GOF2 propose une caméra externe, pas de vue cockpit. Les contrôles sont agréables au pad et plutôt bien pensé, ainsi on dirige le vaisseau avec la croix directionnelle, une touche pour verrouiller sa cible, une pour l’armement principal, une autre pour le secondaire et la dernière sera dédiée au passage à la vue dite tourelle qui est complètement inutile.

michael bay Xplosion !

Seul point noir, apparemment les développeurs n’ont pas pensé à la possibilité d’inverser les axes de manières indépendantes les uns des autres, ce qui fait qu’en mode de commande « inversé », pour aller en bas vous utiliserez le boutons haut mais que pour la gauche vous utiliserez la droite, bien gênant au début étant habitué pour ma part à piloter avec un axe inversé verticale, j’ai dû garder le mode de contrôle non-inversé, mais une fois qu’on s’y ai fait, le pilotage devient agréable et fluide.

Le minage

La partie commerce est équivalente au jeux de Digital Anvil, plus de 150 objets et ressources différentes que vous pourrez transporter d’un coin à l’autre de l’espace pour gagner de l’argent, mais en plus cette fois vous pourrez aller miner des ressources vous-mêmes, véritables mini-jeux, où vous devrez garder le pointeur de l’extracteur sur l’astéroïdes alors qu’il ne demande qu’à sortir de la cible même si le concept est simple, miner demanderait pas mal de skill pour obtenir les minéraux les plus rares, la cible se réduisant au fur et à mesure que vous avancez dans le grignotage de votre cailloux de l’espace.

Des étoiles dans ton téléphone

c’est beau !

Que vous soyez sur Iphone ou Android, le jeu est beau, pas transcendant mais le moteur fait son boulot et le tout de manière fluide, les stations sont entièrement en 3D.
Le jeu reste Fluide en toute situation, à noter que même si le jeu est exclusif au Xperia Play sur Android, cette exclusivité est temporaire et la version commune Android devrait être optimisée pour le Tegra 2 de Nvidia.
La galaxie à portée de main ?
Si l’histoire principale n’est pas ce qui se fait de mieux et demeure relativement classique, on se laisse porter tout au long de la dizaine d’heures pour en voir la fin mais c’est sans compter les missions annexes, récolter, explorer qui doublerons la durée de vie du titre, c’est clairement hallucinant pour du mobile , à noter que le jeux est entièrement doublé en anglais et que tout les textes sont localisés en français, un travail propre.

Le successeur de Freelancer

N’ayant pas joué au premier, je ne ferais aucune comparaison avec son prédécesseurs, de plus l’ayant testé sur un téléphone muni d’un Pad, prenez le en compte, je n’ai pas testé les contrôles tactiles. De plus étant dans l’incapacité de réaliser mes propres captures, les captures suivantes sont pour la plupart issu de la version Iphone, la seul différence sont les contrôles tactiles qui sont visible à l’écran ce qui n’est pas le cas sur Xperia Play.

Au final Fishlab nous sert un véritable clone de Freelancer 8 ans plus tard mais dans un téléphone.
Le jeu est beau et fluide, les possibilités sont large que ce soit au niveau des lieux à visiter, des missions à mener ou encore de la personnalisation de son vaisseau.
Certains trouveront que pour un jeu mobile, les 8 euros demandés contre les 20 heures de jeu est trop élevé mais nous sommes clairement en face d’une production plus que correcte, et je vous avoue que j’ai du mal à la classer à côté d’un angry bird.
Clairement non casual, une très bonne finition et une durée de vie plus que correcte, j’aimerais que des développeurs PC regardent un peu le travail accompli par Fishlab pour s’en inspirer, à défaut d’un Freelancer 2, Galaxy On Fire 2 sera ravir les fans du genre. Définitivement une référence du genre.

Galaxy on Fire 2

Date de sortie : 13/04/2011 (Androïd)
Editeur : Fishlab
Développeur :Fishlab
Genre : Action, Simulation

About Delva

2 comments

  1. Les 20h de jeux sont clairement un minimum ici !

  2. bien sur ce n’est qu’une moyenne principalement pour la quête principal plus quelques annexes. On doit pouvoir atteindre la barre des 40 h mais je ne pense pas que l’on puisse vraiment aller au delà par contre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *